Pourquoi le gel hydro-alcoolique est notre meilleur allié en collectivité

Les produits hydroalcooliques, plébiscités durant la grippe H1N1, ont fait leur retour dans notre quotidien avec la pandémie de covid-19. Ils sont partout, à la maison, dans notre sac à main, dans notre voiture et désormais dans tous nos lieux de vie collectifs.

Ils se présentent sous de multiples formes, principalement en solution liquide (SHA) ou en gel (GHA), plus rarement en mousse ou en lingette, mais font tous partie de la même famille. Ce sont des produits antiseptiques cutanés, composés d’alcool à plus de 60%, qui ont pour but de désinfecter les mains grâce à leurs propriétés virucides, bactéricides et fongicides, par la seule friction ne nécessitant ni eau ni rinçage.

Avec la pénurie sur le marché, la surenchère des prix, les polémiques qui vont bon train dans les médias, l’équipe de Totem Solution Santé vous dit tout sur leur efficacité, qui est incontestable, sur leurs conditions d’utilisation, qui sont trop souvent passées sous silence et sur l’efficacité relative, s’il en est, des différentes formes de présentation (gel ou solution ? telle est la question).

 

Les produits hydroalcooliques sont plus « efficaces » que le savon hors de chez soi

 

L’hygiène des mains constitue le rempart numéro un contre la propagation et la transmission des germes ou agents infectieux que sont les virus, bactéries et champignons.

Nos mains sont leur terrain de jeu préféré et selon toutes les études et organisations de santé, 80% des infections sont manu-portées, autrement dit se transmettent par les mains, de mains à mains, de mains à visages. C’est le cas des coronavirus mais aussi des virus de la grippe, de la bronchite, de la bronchiolite, de la gastro-entérite, de la rhino-pharyngite qui font des milliers de victimes chaque année… C’est dire l’importance de l’hygiène des mains pour protéger votre santé et celle des autres.

Le premier geste élémentaire est donc de se laver les mains plusieurs fois par jour, à l’eau savonneuse. Oui mais pas n’importe comment. Pour être efficace, le lavage des mains à l’eau et au savon doit être vraiment bien réalisé en suivant des étapes importantes qui prennent au minimum 1 minute : la friction de toutes les parties des mains, le rinçage complet et le séchage parfait à l’aide d’un essuie-mains à usage unique.

Si un tel protocole semble tenable à domicile, celui-ci est moins évident dans l’espace public et professionnel. Le manque de points d’eau, l’absence de savon, la serviette partagée, les zones de contamination nombreuses (robinets, poignées de portes) et la promiscuité dans les sanitaires collectifs sont autant de freins et d’obstacles.

C’est pourquoi le gel hydroalcoolique est une solution aussi pratique qu’efficace dès lors qu’on évolue en société. Les produits hydroalcooliques sont même plus efficaces d’une certaine manière car ils tuent les bactéries, quand le lavage classique ne fait que les évacuer par le frottement et le rinçage.

La désinfection par solution hydroalcoolique n’échappe toutefois pas à la règle protocolaire et doit respecter les 7 étapes de friction des mains pour couvrir toute la surface des mains, les ongles, entre-doigts et poignets.

Mais elle est beaucoup plus rapide, environ 30 secondes, pour un résultat incomparable une fois l’expérience du geste acquise : l’élimination radicale de 99.9% des germes présents sur les mains.

Les produits hydroalcooliques offrent incontestablement un gain de temps et d’efficacité sur le lavage classique (savon détergent) ou antiseptique (savon désinfectant) des mains. D’où leur utilisation massive et systématique depuis 20 ans par les personnels soignants, qui ont ainsi gagné 3 heures de temps par jour et 30% d’observance en plus.

 

De l’utilisation avisée des produits hydroalcooliques

 

Outre le protocole de friction en 7 étapes, la production et la consommation des produits hydroalcooliques sont soumises à un certain nombre de règles et de conditions, largement ignorées par le grand public.

Ces produits n’ont pas d’effet nettoyant. Ce qui signifie qu’ils doivent être appliqués sur des mains relativement propres et non visiblement souillées par des dépôts organiques. Utiliser les produits hydroalcooliques pour se laver les mains est une grossière erreur. Ce sont de très bons compléments qui ne doivent pas se substituer totalement au lavage des mains avec du savon notamment dans la restauration, les métiers de bouche, l’artisanat, le bâtiment…

Par ailleurs, tous les produits hydroalcooliques ne se valent pas en termes de qualité, de protection et de tolérance cutanée. Les recommandations de l’ANSM sont claires. Il faut privilégier les produits de norme NF qui ont fait l’objet de tests prouvant l’efficacité virucide, bactéricide et fongicide (y compris contre le covid-19), qui respectent une concentration en alcool entre 60% et 70% et ne contiennent pas de triclosan, un perturbateur endocrinien avéré.

Quant aux craintes d’irritations et de sécheresse cutanée, elles sont fondées. Les produits hydroalcooliques ne doivent pas être utilisés à l’excès. Dans vos choix de consommation, il est important de privilégier les produits dotés d’un agent hydratant ou émollient (glycérine, Aloé Véra…), sans parfum ni colorant.

Enfin, si les produits hydroalcooliques sont contre-indiqués pour les nourrissons et enfants en bas âge, ils sont utilisables par des enfants informés et encadrés, et toujours destinés à une peau sèche et saine, non mouillée et non lésée.

 

Solution ou gel hydroalcoolique pour le grand public ?

 

Depuis une dizaine d’années, les produits hydroalcooliques ont beaucoup évolué en termes de formulation et de présentation.

Si la solution hydroalcoolique est la référence en milieu hospitalier et médical, le grand public raisonne en gel hydroalcoolique, gel antibactérien, gel désinfectant… Est-ce une simple coquetterie de langage ? Le gel hydro-alcoolique (GHA) et la solution hydro-alcoolique (GHA) sont-ils deux produits identiques ?

La question mérite d’être posée dans la mesure où la solution hydro-alcoolique mise à disposition dans les lieux collectifs est souvent présentée comme étant du gel hydroalcoolique.

Or, il existe une différence de confort et de sécurité, mais aussi peut-être d’efficacité entre les deux formulations.

Avec un gel hydroalcoolique, il est possible de mieux doser le produit dans le creux de sa main contrairement à la solution hydroalcoolique, plus liquide. Une dose de 2 ml pour le gel suffit contre 3 à 4 ml pour la solution. L’économie réalisée à terme n’est pas négligeable.

Par sa formulation concentrée, plus onctueuse, qui ne coule pas et ne génère quasiment pas de projections au sol ou sur les supports de distribution, le gel hydroalcoolique est plus agréable et pratique. Pour les enfants, le gel présente à l’évidence moins de risques directs  (pour les yeux, les risques d’ingestion par voie orale) que la solution hydroalcoolique.

Selon une étude japonaise (2011) qui mérite d’être mentionnée, celui-ci serait aussi plus efficace : la forme gélifiée obtiendrait un taux de destruction des bactéries de 92 % contre 85% pour la solution liquide.

 

Vous souhaitez équiper vos locaux professionnels, vos espaces d’accueil, vos points de vente d’un distributeur de produit hydroalcoolique, responsable, pédagogique et respectueux des normes en vigueur ?

Optez pour le Totem Solution Santé, le premier distributeur libre service de gel hydroalcoolique à la norme NF EN 14476 + A2, et de formation interactive (vidéo et pictogrammes à l’appui) pour une parfaite désinfection des mains.

 

CONTACTEZ-NOUS

 

Sources : OMS, INPES, ANSM, MSS, HUG, The Lancet, Journal of Pharmaceutical Health Care and Science